Recadrage sans débordement

« Docteur ! Ce que vous me donnez là, ça va me faire du bien ? »
« Non, je vous le donne pour vous empoisonner et parce que je touche un pourcentage du pharmacien ! »
Avant, j’avais envie de le dire, mais j’essayais d’expliquer. Maintenant, je le dis ; avec un grand sourire ou un air faussement sérieux et c’est diantrement plus efficace. J’entends de moins en moins ce genre de réflexion.

Dans le même genre :
« Docteur ! Donnez-moi quelque chose d’efficace ! »
« Ah non alors ! Je préfère que vous reveniez plusieurs fois pour rien. Ça me permet de payer mes impôts ! »

8 pensées sur “Recadrage sans débordement”

  1. il y a des patients qui exagèrent…
    et des médecins aussi…
    alors parfois, on s’interroge de l’efficacité de leur traitement quand ils ont l’air perplexes!!!
    mais vous avez raison, des fois on pose des questions idiotes, c’est parce qu’on a besoin d’être rassuré, et le médecin est un peu là pour ça aussi!!!
    mais j’imagine qu’à force on « déborde »

  2. Je suis explosée de rire cher Docteur V!!
    Je suis pharmacien… L’autre jour une de mes connaissances de boulot (hors secteur santé) me dit que son médecin le trouvait un peu faiblard… Le médecin tout gentil lui explique les fruits, les légumes, la viande, blablabla (ces explications n’étaient pas de trop), et lui prescrit des oligo-éléments. Réaction de ma connaissance (que j’aimerai ne pas connaître) : ah bah tiens toi qui est pharmacien, t’es d’accord ca sert à rien c’est pas remboursé d’ta façon.

    Lara stoïque : ben oui le médecin a pris du temps pour t’expliquer des trucs parce qu’il a envie de s’entendre parler, et nous les pharmaciens on vend de la merde au kilomètre.

    Bon, heureusement, ma diplomatie et moi n’exercons pas en officine 😉

  3. Docteur, que faut il faire quand votre médecin manque cruellement de curiosité. Changer de médecin ? et si c’était une épidémie ?

  4. Comme dirait Serge Mirjean : « Un médecin est un praticien qui tient sincèrement à votre infection car il ne saurait vivre sans elle.»

    Enfin voilà, les gens aiment qu’on leur dise ce qu’ils veulent entendre. 🙂

  5. Vous me faites penser à une de mes réflexions à la noix qui m’a valu une réponse rapide et incisive . Dans un resto :
    -« c’est bon çà ?  »
    – « Non c’est dégueulasse mais j’évite de le dire aux clients « 

    On n’a pas toujours la palme de l’intelligence , patients et/ou consommateurs .

  6. Ahahah, tellement vrai, tellement vécu…

    J’aime aussi beaucoup :

    – la femme enceinte qui demande (à la maternité, au gynéco qui ne voit QUE des femmes enceintes) si le médicament n’est pas dangereux pour le bébé

    – la maman qui demande (aux urgences pédiatriques, au pédiatre qui ne voit QUE des enfants) si le médicament n’est pas dangeureux pour le bébé

    Et je confirme l’efficacité de la réponse ironique. Tellement plus rapide, tellement plus agréable pour le médecin, sans doute plus efficace pour le patient.

    Parfois, par contre, c’est vrai que les piqûres de rappel sont bonnes à prendre. Demander à la fin d’une consultation en ville si le médicament est compatible avec l’allaitement n’est pas toujours inutile…
    Et je conseille à mes patients allergiques à l’iode ou au latex de prendre l’habitude de considérer toujours, de base, que les soignants sont amnésiques ou idiots.
    Je leur conseille de rappeler leur allergie, à chaque fois qu’on s’apprête à les toucher, même si ils l’ont dit 5 minutes avant, même si ils vont passer pour des idiots méfiants.
    Que celui qui n’a jamais écrit en rouge dans un dossier lors de l’interrogatoire « ALLERGIE AU LATEX » avant de faire un TV avec des gants plein de latex me jette la première pierre.

  7. les médecins ne sont pas infaillibles non plus surtout en fin de journée…2 précautions valent mieux qu’une!!!
    pardon si on vous met les nerfs parfois…un recadrage poli, sur le ton de la blague soulage le médecin et ne vexe pas le malade (sauf s’il est con et dans ce cas c’est pas grave!!!)

Laisser un commentaire