Médecin toujours

Le problème quand vous êtes médecin, c’est que tout le monde est concerné par votre activité. Tout le monde a besoin d’un avis, d’un conseil et a des histoires tout à fait extraordinaires à raconter au sujet de la santé.

Dès que vous êtes étudiant en médecine, vous avez droit lors des repas de famille aux récits de l’opération de la prostate du grand-oncle, aux demandes de conseil sur le régime du papy et histoires de grossesse ou d’allaitement de toute la lignée. Et comme vous êtes médecin (ou presque puisque étudiant la médecine), votre parole prend un poids certain. « C’est V. qui l’a dit, il est médecin ! » Bien sûr, les premières années de médecine apprennent un peu de tout, mais pas vraiment de la médecine, seulement la façon dont le corps fonctionne quand il fonctionne et vous n’y connaissez rien en maladie et en traitement qui ne sont abordées qu’au bout de quelques années. Alors le traitement de la sclérose en plaque ou la nutrition du nourrisson diabétique, ça vous dépasse un peu. Du coup, il m’est arrivé, quand les gens ne me connaissaient pas de ne pas dire quel était mon métier, pour pouvoir passer un repas en paix en racontant des conneries.

Ensuite, la médecine devient votre métier, mais aussi votre vie. Il faut avoir vécu le « Y-a-t-il un médecin dans le train…, la salle…, l’avion…» pour comprendre que c’est un des rares métiers ou vous pouvez toujours et n’importe où devenir subitement indispensable. Les dresseurs de puces souffrent beaucoup moins du problème. Vous êtes en vacances, détendu, la tête pleine de soleil et tout à coup vous replongez dans le drame et la souffrance.

Repas au Flunch avec mes filles. Comme d’habitude, l’une d’entre elle veut aller faire pipi. Quand vous avez des filles, vous connaissez toutes les toilettes dans un rayon de cinquante kilomètres autour de chez vous. Je l’accompagne et que vois-je dans les toilettes ? Une personne affalée près du lavabo, franchement palichote et franchement en train de se pâmer. Je reconnais rapidement une hypoglycémie, va chercher sucre, eau et gâteaux et remet la dame sur pied. Ma fille a eu le temps de pisser et nous avons mangé froid.

Retour de la mer, sur une petite route à une vingtaine de kilomètres de mon chez moi. Je découvre au détour d’un virage, deux voitures encore fumantes qui se sont manifestement rencontrées assez brutalement. Pendant que ma femme fait la circulation, je vais voir les victimes, puis j’appelle les secours. Les pompiers arrivent et me voilà en train de poser des perfusions et autres colifichets. Au bout d’un moment je m’inquiète de l’arrivée du médecin du coin et les pompiers me disent : « Nous ne l’avons pas appelé, puisque vous y étiez ! ». Eh ! les mecs ! Je suis en vacances !!

Vous allez chercher votre journal. Vous attendez dans la queue pour payer et Mme Machin qui vous dit : « Ah ! Docteur, puisque je vous vois, je ne veux pas vous déranger, mais pourriez-vous me donner un rendez-vous pour demain ? » (« C’est ça, tu crois que j’ai appris mon agenda par cœur avant de sortir »)
« Ah ! Docteur, je ne veux pas vous déranger quand vous buvez votre café, mais avez-vous reçu les résultats des analyses ? » (« Quelles analyses ? Qui c’est ce type ? Je le connais ? »)
« Tiens, toi qui est médecin, tu peux me regarder l’épaule avant le match de foot, elle me fait mal depuis trois mois(« Toi qui est garagiste, tu peux me faire la vidange de la moto vite fait ? »)

Ceux qui me connaissent le savent et je leur dis : « Quand on veut parler au médecin, on va au cabinet médical. La médecine se fait dans un cabinet médical, comme la menuiserie se fait dans un atelier et pas dans une cuisine. »

14 pensées sur “Médecin toujours”

  1. Oh oui !

    Et les repas de famille où la tante ou le cousin vous dit : « mon médecin m’a dit ça, tu y crois toi ? »
    Ou les « ben t’es en 3e année et tu sais encore pas ça… » Ben non écoute ça dure 9 à 11 ans c’est pas pour rien.

    J’étais encore pas trop venu sur votre blog, maintenant j’en suis fidèle, le voilà en lien sur le mien.

  2. Je comprends, ça doit être saoûlant des fois… J’ai un ami médecin, je n’ai jamais abordé la médecine avec lui pour cette raison. ça doit être pénible au bout d’un moment quand on recueille tout les problèmes du monde autour de soi alors que l’on a envie de décompresser.

    Sinon, ben si les filles vont au toilette, c’est que c’est pas discret d’aller derrière les arbres, comme le font certains de ces messieurs…

  3. Autre Docteur V en vadrouille sur internet, épuisée après consult vous dit bravo et merci pour tant de vérité et de fraîcheur! Vivement la suite
    combien de fois n’ai je pas dit en société que je suis médecin pour qu’on me f…. la paix!

  4. c’est bien vu: c’est effectivement et probablement le seul métier qu’on fait 24h/24 7j/7. C’est d’accord , c’est fatiguant mais c’est un très beau métier, et beaucoup de gens nous envient même s’ils ne le disent pas. Il faut voir plutôt ses sollicitations comme positives: on est reconnu parce qu’on est des professionnels, restons le!

  5. Pour moi, c’est ça qui est lourd. Nous sommes des professionnels et on nous demande des avis professionnels n’importe où et n’importe comment. Ce qui fait que nous sommes toujours obligés de faire attention à ce que l’on dit… même souvent sur des sujets n’ayant rien à voir avec la médecine (le Docteur a dit…)

  6. on est d’accord c’est lourd mais il faut l’assumer( on a quand même de belles compensations avec les patients)et vu le métier que l’on fait, on est peut être les mieux placés pour donner des avis non pas sur tout mais sur un grand nombre de choses. C’est peut être un peu prétentieux de dire cela mais je fais depuis 10 ans de la médecine du travail et je rencontre un grand nombre de gens qui donnent leur avis sur tout et rien, sans savoir et sans complexe.Je crois que notre avis est important.Faites vous confiance, ce que vous dîtes vous ne l’inventez pas.
    En tout cas c’est mon constat après 25 ans de médecine, on n’est pas des débiles, loin de là!
    je découvre votre blog :c’est sympa, j’essayerais de répondre de temps en temps

  7. vous auriez dû faire caissier ou agent d’entretien … vous auriez évité ce genre d’affreux désagréments !!! …22h fermeture de la caisse et puis basta … le rêve, quoi !
    le pouvoir d’aider , de sauver la vie de son prochain … quel poisse .. je compatis ;p

    plus sérieusement, je plains plus les infirmières qui ont le même problème … mais sans le respect et l’admiration !

    p.s : montez un club avec les kinés sollicités pour « un p’tit massage vite fait  » !
    et puis avec daniel pennac qui raconte la sollicitation désespérée de nombreux parents ou profs pour placer leurs cancres, chaque année , à la même période … mais non, en fait , il ne s’en plaint pas, il comprend 🙂

    bonne journée
    marie

  8. En étant psychologue ou étudiante en psycho, nous avons le même genre de réactions : ma cousine déprime en ce moment, que faire pour l’aider ? Mon ado est en crise ! On m’a parlé de troubles bipolaires pour la copine de la soeur de l’oncle du frère de machin, c’est quoi ? etc etc

    On a aussi des réactions inverses : des gens qui deviennent distants et qui s’éloignent plus ou moins discrètement en croyant que l’on peut lire dans les pensées ou deviner leurs secrets au travers de leur regard ! Je préfère encore la première réaction !

    Merci pour ce blog frais et très agréable à lire

  9. Dans un genre moins dramatique, il y a les avocats et juristes. Mon frère est spécialisé en droit maritime et douanier. Il a arrêté lui aussi d’indiquer son métier dans les dîners pour éviter les « mon robinet fuit et mon proprio dit que c’est moi qui doit payer », « mon voisin a planté son arbre à 50 cm de mon mur, est-ce qu’il a le droit » et autres tentatives de consultation en défiscalisation entre poire et fromage. Moi, je suis DRH. C’est dingue ce que ça pousse les gens à me raconter leurs problèmes avec leur manager.

    Cela dit, l’avantage c’est que tout le quartier ne connaît pas notre boulot. Vous, c’est comme les curés ou les policiers : tout le monde vous connaît et on culpabilise quand on vous croise 🙂 Ma mère a été traumatisée de croiser notre médecin de famille en maillot de bain à la salle de gym voisine…

  10. A un mariage, je suis à une table très sympathique. Il y a une très bonne ambiance. Nous avons découvert par hasard (en prêtant un stylo au nom de je ne sais plus quel labo) que nous étions: 4 internes,1 médecin, 1 kiné et 1 dentiste….
    Et on a bien ris …

  11. Cet article est génial. Je suis en pédiatrie alors je me cache derrière ma spécialité pour la plupart des questions (moi les adultes je ne connais pas lol!!)ça ne marche évidemment pas quand on me pose des questions concernant sa progéniture 🙂
    J'ai une anecdote rigolote. Un jour de shopping à IKEA, j'étais alors en dernière année de médecine, le haut parleur a sonné pour demander un médecin… morte de trouille (ben oui la j'étais en plein dans mes examens, pas dans la pratique) je me suis présentée à la caisse… C'était une dame qui voulait une ordonnance pour une infection urinaire… Pas un malaise, pas un accident, non juste tout à coup un subit besoin d'ordonnance…
    Ah ben désolé ma ptite dame mais je ne vais pas pouvoir faire grand chose pour vous… suis que étudiante (et même depuis je ne me ballade pas avec des ordonnances!!!)

Laisser un commentaire