La grippe et le loup

La grippe et le loup. Quel beau titre !

C’est celui d’un article intéressant de la Revue Pratiques écrit par le président du Formindep. Oui, je sais ! Toujours les mêmes ! C’est que nous ne sommes pas nombreux à militer pour l’indépendance et à mettre en pratique nos convictions. Une petite élite active qui tient dans une cabine téléphonique, mais qui sait se servir du téléphone.

Encore la grippe, toujours la grippe ! Toute la journée, je la soigne ou j’en parle ! Le discours commence à être rodé. Je ronronne tranquillement. Mais oui, ils exagèrent à la télé. Mais non, c’est pas grave. Vous ne risquez pas grand-chose. (ces remarques sont bonnes pour la grippe ou pour le vaccin, je m’économise). Bien sûr qu’il va y avoir des morts, mais c’est la vie ! (ça, je le pense, mais je le dis pas !). Eh non ! Je ne suis pas vacciné. J’attends dix volontaires pour ouvrir le flacon et pour l’instant nous ne sommes que deux ou trois (pour 120 employés de l’hôpital).

Franchement, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Un décès sur 20000 cas de grippe. Dans mon département rural et âgé, il va y avoir un mort ou deux. En quatre mois. En France, par an, il y a plus de 500 000 décès, soit entre 40 et 50000 par mois. Il y a entre 10 et 15000 suicides par an. Alors quelques grippes !

Combien de morts supplémentaires sur les routes en se rendant dans les centres de vaccinations sur nos petites routes campagnardes humides et gravillonnées ?

Les mamans ont peur de prendre la mauvaise décision. Roseline les culpabilise, mais ne leur inspire pas du tout confiance.

Les experts non plus n’ont pas gagné en crédibilité dans cette histoire. Celui interrogé par l’AFIS dit des choses sensées et exactes sur le plan scientifique, mais se garde bien de signaler ses conflits d’intérêt.

Les médecins généralistes, qui sont les seuls à connaître les patients à risque, ne sont pas mis à contribution. Les bons semblent envoyés au petit bonheur la chance. Le diabétique avec antécédents cardiaques ne semble pas les intéresser. Pas plus que les médecins remplaçants ou les assistantes maternelles, les enseignants et autres aides ménagères.

Moi, je m’en fous ! Je crois que je l’ai eu. Des courbatures, de la toux et une sensation de malaise pendant une heure ou deux et c’est passé. Comment savoir ?

La grippe et le loup – Pratiques, les cahiers de la médecine utopique.

Interview dans le journal de l’AFIS (Association Française pour l’Information Scientifique)

8 pensées sur “La grippe et le loup”

    1. Désolé, mais il aurait mis le lien en bas de l’article et tout était parfait. Nous ne devrions pas avoir à chercher au fond d’un document pdf dans un site n’ayant aucun rapport avec celui de l’intervention. La déclaration est obligatoire à chaque intervention. Et doit être variable en fonction de l’intervention. Seuls ceux en rapport avec l’intervention ont besoin d’être cités. Si les experts français étaient habitués à plus de transparence, peut-être serions-nous moins suspicieux.

  1. La déclaration est obligatoire, et a un sens, pour la participation à des comités d’expertise. Je n’ai jamais vu dans les interviews accordés à la presse par des milliers d’experts depuis des mois sur ce sujet comme sur d’autres de telles déclarations.
    Et si je peux me permettre, je ne vois nulle part, vous concernant, une telle déclaration… Pourtant, vous êtes médecin et écrivez sur des sujets de santé.
    Qu’on arrête de jeter la suspicion sur tous les experts du service publique de l’expertise scientifique.

    1. Je n’ai jamais vu dans les interviews accordés à la presse par des milliers d’experts depuis des mois sur ce sujet comme sur d’autres de telles déclarations.


      C’est qu’ils ignorent la Loi.

      Et si je peux me permettre, je ne vois nulle part, vous concernant, une telle déclaration… Pourtant, vous êtes médecin et écrivez sur des sujets de santé.

      C’est que, malheureusement, je n’ai aucun intérêt nulle part en ce moment ;-). Ma déclaration est ici.

      Qu’on arrête de jeter la suspicion sur tous les experts du service publique de l’expertise scientifique.


      Qu’ils arrêtent de servir la soupe au privé et nous reparlerons du service public. Vous avez lu la déclaration des experts que vous m’avez indiquée ? Comment voulez-vous que des gens qui ont autant de liens avec l’industrie pharmaceutique puissent rester « neutres » ? C’est impossible, même si, j’en suis certain, la plupart sont honnêtes et ne pensent pas être influencés. Vous, quand vous le savez, vous lisez leur propos avec une autre grille de lecture.

      Comme vous savez que je suis médecin généraliste vous lisez mes messages en le sachant. Ce que je vais dire au sujet du système de santé sera obligatoirement colorée par mon métier. L’objectivité et la Vérité n’existent pas.

  2. La communauté médicale et scientifique ne sort pas grandie de ces polémiques: elle aurait du réagir plus tôt et que par quelques voix seulement, par exemple notre conseil de l’ordre aurait pu demander à un groupe de scientifiques reconnus une synthèse sur ce sujet et l’aurait publié en notre nom (cela aurait justifié par exemple le prix de notre cotisation). Les comités d’expert devraient arrêter de travailler à la demande de l’état et le faire à la demande de leurs confréres, cela aurait plus de sens et serait moins suspect.

Laisser un commentaire