Facebook et le médecin traitant

Aujourd’hui, pour la première fois, et, je pense, pas la dernière, j’ai appris par FaceBook qu’un de mes patients avait eu un problème de santé et avait été hospitalisé pendant le weekend.

Et si je ne l’avais pas appris par FaceBook, je n’en saurais rien.

Contrairement à ce que pense la majorité des gens, les médecins communiquent très peu entre eux. Dans ce cas, le médecin qui était de garde n’a pas pris la peine de me téléphoner le lundi pour m’avertir, le spécialiste qui l’a dans son service non plus. Le « médecin traitant » est une entité qui sert seulement d’alibi pour les politiques (syndicats de médecins et ministre) montrant leur volonté d’organiser le système. Comme souvent en France, la seule répercussion du « médecin traitant » est administrative. Pour les papiers, ils savent le trouver le « médecin traitant » !! Par contre, pour avoir des renseignements ou donner des nouvelles …

Ce manque de communication et donc de coordination coute très cher à notre système en examens redondants et hospitalisations inutiles ou inadéquates. Les patients disparaissent parfois pendant quelques semaines sans que nous sachions dans quel service il sont hospitalisés, ni dans quel état ils sont. C’est souvent la famille qui nous donne des nouvelles ou l’avis de décès dans le journal local.

J’ai reçu la lettre me signalant le décès d’un de mes patients alors qu’il était mort depuis plus de trois mois. Je reçois souvent le rapport de sortie de l’hôpital alors que j’ai déjà vu mon patient et que j’ai parfois été obligé de le réhospitaliser. Dans le cas d’hospitalisations itératives, je reçois régulièrement le compte rendu d’une hospitalisation alors qu’il sort de la suivante. C’est le cas pour les chimiothérapies cancéreuses dans des moments où la coordination devrait être maximale et serrée.

Inutile de vous dire que, la plupart du temps, nous ne sommes pas prévenus de leur sortie au domicile non plus et qu’il faut gérer un vendredi soir la venue d’une infirmière, trouver du matériel, des médicaments, etc.

Une fois, j’ai reçu une carte postale de patients en vacances en Bretagne dont le fils avait eu un souci et avait fait un séjour aux Urgences. C’est la seule carte postale qui soit dans mes dossiers médicaux.

Un rayon de soleil dans la grisaille des lettre hospitalières.

5 pensées sur “Facebook et le médecin traitant”

  1. Vous voyez comment vous pouvez être traité, alors vous pouvez aussi imaginer ce que c’est quand on est médecin du travail: les salariés viennent parfois aprés des longs arrêts sans mot de qui que ce soit, sans examen et quand ce n’est pas sur l’avis du médecin conseil de la S.S qui ne dit jamais ce qu’il ou elle envisage franchement.
    Dans de tel cas, je reprends la main pour faire savoir que je suis médecin, que j’ai besoin d’information et je le fais par écrit et par l’intermédiaire du salarié.
    Mais cela n’est pas toujours ainsi, il m’est arrivé de travailler de façon conjointe avec des médecins généralistes, des spécialistes, et même des médecins conseils (eux c’est plus rare)pour remettre quelqu’un au travail.
    Notre société est individualiste et nous en faisons partie.
    A chacun de nous de faire un pas vers l’autre.

  2. Il est difficile de prévenir tout le temps le médecin traitant, un service hospitalier est souvent surchargé. Les entrées (programmées ou en urgence)et les sorties dans un « gros » service, sont souvent nombreuses le même jour et ne permettent pas ce contact avec le médecin généraliste.
    J’ai été longtemps infirmière en neurochirurgie en CHU.

  3. Bonsoir,
    Il y a des priorités à respecter. Pour l’instant, dans notre système, le rôle du médecin généraliste n’est ni prioritaire, ni respecté. Ce qui fait qu’ils sont prévenus quand le service « à le temps ».

  4. Perso c’est moi (la patiente) qui fait le lien entre l’hôpital et mon médecin traitant. L’hôpital ne lit même pas les courriers envoyés par mon médecin traitant et lui ne reçoit jamais rien. Du coup je demande toujours une copie des comptes rendu pour pouvoir lui transmettre. J’ai appris récemment que d’un hôpital à un autre ils ne se parlent pas non plus et ne se transmettent pas non plus les dossiers. Pour le patient il faut parfois faire des crises de nerfs pour obtenir son dossier ou faire en sorte qu’ils rappellent votre médecin traitant. Je trouve ça vraiment préjudiciable pour le patient car pour moi c’est le médecin traitant qui fait la coordination des soins et le suivi global du patient. Mais bon… un jour peut-être….

    1. Comme je disais à une de mes patientes, le médecin traitant, c’est fait pour faire les bons de transports. Nous ne recevons aucune nouvelle, où alors très tardive et nous ne sommes jamais sollicités pour amener notre expertise du patient pour les aider à les prendre en charge. C’est normal, ils ne nous connaissent pas ! Ils ne sont jamais sortis de leur hôpital pour la grande majorité.

Laisser un commentaire