Les dangers d’Internet

 Ces chroniques ont été écrites entre 2000 et 2004 pour une revue médicale maintenant disparue. Il m’avait été demandé de faire des articles sur l’informatique médicale du généraliste.

Ce jour-là le Docteur Ventouse était arrivé en sifflotant à son cabinet. Un petit vent doux caressait la campagne, un rayon de soleil lui réchauffait la nuque. La radio avait laissé dans sa mémoire un petit air sautillant qu’il se passait en boucle comme un bonbon finissant. Il était heureux, quoi !

En ouvrant son cabinet, il surprit l’éclair jaune de l’envol des chardonnerets et le plongeon du ragondin pensionnaire de la rive du canal tout proche. Une bien belle journée de bon vieux travail commençait.

Et puis il mit en route son ordinateur…

Le démarrage se passe bien. Le bruit familier du disque qui s’ébranle, l’écran qui s’éveille et affiche les images d’une informatique performante et maîtrisée. Le Dr Ventouse se prépare à consulter son courrier électronique quotidien quand une fenêtre d’alerte surgit et affiche un texte mystérieux : « Nous sommes un vendredi 13 et ce n’est pas ton jour de chance ! ». A peine a-t-il le temps de déchiffrer le message mystérieux que l’image s’efface pour laisser la place a un écran gris. Un virus ! Il a chopé un virus ! Enfin, pas lui, bien sûr mais son ordinateur. N’empêche, qu’il en est malade. Il essaye bien les manœuvres de survie habituelles, les combinaisons artistiques de touches permettant la résurrection de la bête. Rien à faire ! Cette saloperie de bestiole lui a tout effacé. C’est la panne grave !

Il avait bien entendu parler de ces programmes nauséabonds engendrés par des petits crétins qui ont besoin de prouver au monde leur capacité de nuisance. Il avait même copié un antivirus que lui avait donné un copain, mais ensuite il a oublié d’acheter les mises à jour. Comme toujours, on a l’impression que ça n’arrive qu’aux autres et le temps passant, le danger semble moins présent. Il se rappelle la réflexion du vieux Boubée qui lui disait hier : « Le tétanos, je l’ai jamais eu. Je vais pas commencer à mon âge. »

Évidemment à ce moment la sonnette carillonne et les premiers patients entrent dans la salle d’attente. Pas le temps de réparer, il va falloir faire sans.

– Bonjour, Madame Michu !.

– Bonjour, Docteur ! Y fait bon chez vous ! C’est pas comme dehors… Il fait un froid de canard… A cette époque, on a jamais vu ça ! Ya pas de saison !

Ventouse opine du chef et maugrée une vague approbation. Machinalement il tapote son clavier pour ouvrir le dossier de la cliente. Sans résultat, bien sûr !

– C’est sûr, docteur, ça va pas mieux ! Le médicament, y m’a donné des douceurs d’estomac et je l’ai pas repris.

Un vent de panique souffle dans le crâne du médecin. Mais qu’est ce qu’il a bien pu lui donner comme traitement, et pourquoi ? Il se rappelle sa dernière infection urinaire, son arthrose du poignet, sa constipation de vingt-quatre heures, mais impossible de se remémorer la dernière plainte.

Bien sûr, inutile de compter sur Mme Michu pour se rappeler le nom du remède. Ça va être la galère toute la matinée ! Alors, Ventouse, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, sort les rames.

Bien sûr, l’ordinateur ne l’a pas rendu meilleur, mais c’est quand il manque que l’on s’aperçoit du confort qu’il procure : dossier rapidement consultable, ordonnances déjà toutes prêtes et toujours lisibles, prescriptions sécurisées, courriers et certificats prémâchés, etc. Bon ! C’est sûr, le fichier papier ne tombait jamais en panne, lui !

Dès qu’il a un instant de libre, il téléphone à son technicien pour lui demander quoi faire. C’est simple, il faut tout reformater et réinstaller.

Il récupère le tas de CD qui lui a été fourni avec sa machine et son logiciel. Il enfourne, l’ordinateur avale et petit à petit recrée son environnement de travail. Et le docteur Ventouse râle ! Il râle de perdre

toutes ses longues heures alors qu’il aurait pu s’éviter tout cela en téléchargeant la mise à jour de son antivirus. Il jure bien qu’on ne l’y reprendra plus. Téléchargement tous les mois ou dès qu’il entend parler d’une nouvelle bestiole et prudence en ouvrant les courriers. Dès qu’un message est suspect, même s’il vient d’un camarade, direct poubelle, sans l’ouvrir. Il faut surtout se méfier des pièces jointes. Les virus font cela très bien. Ils sont blottis dans la pièce jointe. Vous l’ouvrez. Le virus est activé, colonise votre carnet d’adresse et envoie un email à tous vos correspondants avec une pièce jointe vérolée. Puis, le devoir accompli, il va se balader dans votre disque dur pour y mettre le bazar.

Il y a plus de soixante dix mille virus en circulation et leurs modes d’action diffèrent, mais ils arrivent dans la plupart des cas par Internet. Certains sont bénins, d’autres très destructeurs et c’est pour cela qu’un antivirus à jour est nécessaire.

Il est très simple de créer un virus. Vous pouvez en trouver de tout prêts sur certains sites. Il vous suffit de changer quelques lignes de code pour les personnaliser. La seule chose vraiment remarquable dans la confection des virus est la stupidité de ceux qui les distribuent.

Enfin ! Les logiciels sont réinstallés, il ne lui reste plus qu’à recopier ses fichiers personnels. Heureusement, il a une sauvegarde. De ce côté là, il a été consciencieux. Il a sauvegardé son fichier patient et sa comptabilité, bien sûr, ainsi que ses productions personnelles, mais il a aussi une copie de son carnet d’adresses, de ses favoris d’Internet, de ses préférences de réglages de logiciels, de ses dictionnaires personnels de Word et consorts. Toutes ces petites choses qu’il faut des mois pour constituer et qui peuvent partir en fumée au moindre problème.

Il a un logiciel qui lui fait ça automatiquement, de temps en temps. A la fin de sa journée, il lui demande d’introduire une cartouche pour copier les modifications du jour. Comme ça, il ne peut pas oublier. Mais il faut vérifier de temps à autres que le programme de sauvegarde fait bien son travail et ne s’est pas déconnecté à la suite d’un caprice informatique.

Il sort la cartouche de son tiroir, la met dans le lecteur qui se met à ronronner, ronronner, mais rien n’apparaît. Au bout d’un moment, l’ordinateur lui annonce que le disque est illisible. Quelle poisse ! C’est pas possible ! Mais qu’est ce que j’ai fait à Bill Gates ? Il essaye à nouveau, sans plus de résultats. Heureusement que son ami « kissikoné » lui avait dit d’en faire plusieurs, il comprend maintenant pourquoi. Un coup sur une cartouche, un coup sur l’autre et de temps en temps il grave un CD qu’il met en lieu sûr. Un cambriolage est un événement assez fréquent pour en tenir compte et mettre en sûreté le résultat de longues années de travail.

Enfin ! Il a fini. Demain, il pourra travailler normalement. Il lui reste encore à rattraper la comptabilité du jour, les rendez-vous et quelques bricoles à marquer dans les dossiers des patients. Il va pouvoir rentrer chez lui et raconter ses aventures informatiques à sa femme et lui faire part de ses bonnes résolutions antivirales. Il va certainement avoir droit à une réflexion douce amère sur ces ordinateurs qui plantent plus qu’ils ne récoltent. Dure journée !

En plus, vous savez quoi ? On était même pas un Vendredi 13 ! Sont vraiment nuls, ces hackers !

5 pensées sur “Les dangers d’Internet”

  1. Ben, cet ami « kissikoné », faudrait lui offrir une petite bouffe un de ces quatre. 🙂 Juste pour lui dire merci. Mais je pense que c’est déjà fait depuis longtemps !

    1. Bonjour,
      En fait, les aventures du Dr Ventouse sont une pure fiction. En général, c’est plutôt moi qui est le copain « kissikoné ». Je fais régulièrement hotline pour les copains en détresse. Faudra d’ailleurs que j’en fasse un billet. 😉

  2. Voila bien les dangers de l’ADSL.

    Il me semble qu’il y a des Logiciels Antivirus gratuits qui se mettent à jour automatiquement, comme :

    – Microsoft Sécurity Essentials (MSE). Ou mieux, actuellement,
    – Avast.

    Contre les Spams, j’utilise un anti Spam gratuit, lui aussi : Spamihilator.

    Quand au Firewall, celui de Microsoft intégré à Windows, marche très bien.

    Pour une fois que l’on peut avoir quelques logiciels performants et gratuits…

    Pour les virus, Une solution, serait bien de passer sous LINUX, comme Système d’expoitation (Ubuntu, par exemple), mais comme il n’y a pas de Logiciels Médicaux qui tournent sous LINUX. Et puis, tôt ou tard, il y aura, aussi, des virus sous LINUX.

    1. Bonsoir à nouveau,
      Je travaille sur MacIntosh depuis 1991. Jamais eu un virus gênant. On nous le promet pourtant depuis dix ans.
      A suivre…

  3. Il y a, trés shématiquement, environ, en part de marché pour les systèmes d’exploitation : 90 % sous Windows, 9 % sous Mac OS et 1 % sous Linux.

    http://www.wgarden.fr/blog/parts-de-marche-2010-informatique/

    Les hackers le savent bien qui fabriques des virus pour le système d’exploitatio qui représente le plus de parts de marché.

    La gendarmerie et plusieurs administrations utilisent OpenOffice (vu le prix des licences), les députés ont leurs ordinateurs qui tournent sous Ubuntu Linux.

    Une grande partie des serveurs tournent sous Linux

    Une grande partie des Smartphones et des Tablet PC, tournent sous Android, OS utilisant le noyau Linux, moins cher que l’I Phone et l’I Pad, Android étant en Open Source.

    Je ne sais pas si, en raison de cela, effectivement, Linux ne risque pas de voir arriver des virus.

    Mais, cependant, Mac OS, en raison du succès de l’I Phone et de l’I Pad ne risque-t-l pas, lui aussi, de courir ce risque ?

Laisser un commentaire