Vous souffrez de trouble du sommeil ? Peu importe à quelle heure vous partez au lit, une fois dans votre chambre, vous avez bon compté les moutons, le marchand de sable refuse de passer ? Et si, pour une fois, vous vous laissez aider par la science ? Tant qu’elle n’est pas chronique, l’insomnie n’est pas dangereuse. Il est parfois nécessaire de se laisser emporter par une petite dose de somnifères pour retrouver un sommeil de roi. Vous avez certainement remarqué qu’une personne en manque de sommeil est souvent sujette à des sautes d’humeur importantes et demeure en état d’alerte, peu importe les circonstances. Pour se sentir bien dans sa peau le matin, il faut d’abord arriver à fermer l’œil pendant la nuit. Si les Américains sont les plus concernés par le manque de sommeil, les Français, surtout les femmes commencent également à présenter certaines difficultés à se reposer. Pour faire face à cette situation, bon nombre d’entre eux se tournent vers les somnifères.

Tout savoir sur l’origine des somnifères et leurs effets

Le somnifère est un médicament qui aide à dormir. Il est apparu sur le marché dans les années 80 et constitue, jusqu’à aujourd’hui, un des médicaments les plus consommés pour traiter les troubles du sommeil. Selon un sondage effectué par le Ministère de la Santé, environ 49 millions de boites de somnifères auraient été vendues en France en 2014. Si au départ le somnifère était principalement composé de Valium et de benzodiazépines, ils utilisent désormais des produits plus légers et surtout à base d’herbes naturelles, si bien qu’il est possible de s’en procurer même sans ordonnance. Contrairement à la benzodiazépine, les somnifères d’aujourd’hui ont pour effet de procurer un sommeil physiologique. Le Zolpidem par exemple est l’un des somnifères les plus connus et surtout les plus utilisés. Son mode d’action est simple : une fois été pris par le patient, le Zolpidem a un effet hypnotique instantané, mais qui dure peu de temps. Il réduit les états de somnolence du patient pendant la journée. Comme tous les médicaments, ce somnifère peut avoir des effets secondaires et des contre-indications. Ce type de médicament n’est pas fait pour les personnes souffrant de maladie ou d’insuffisance respiratoire. Il est interdit de le donner à un enfant, à une femme enceinte et à toute personne allergique à l’un des composants du médicament.

La mélatonine, le médicament idéal pour retrouver le sommeil ?

La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale se trouvant dans le cerveau pendant le sommeil. Cette substance, comme présentée sur https://www.sommeilderoi.fr/medicaments-pour-dormir/, est vendue en pharmacie en tant que somnifère efficace ou de complément alimentaire. Les effets d’adaptation de ce composant ont été découverts par le dermatologue d’origine américaine appelé Lerner en 1958. Après avoir isolé cette hormone, il l’avait injecté à des larves dont les peaux se sont mises à s’éclaircir, jusqu’à devenir transparente à la tombée de la nuit, leur permettant ainsi de se cacher des prédateurs. Ainsi, contrairement à ce que tout le monde croit, la mélatonine n’est pas une hormone qui provoque le sommeil, elle favorise uniquement une adaptation à la nuit. Ainsi, si une personne doit normalement dormir pendant la nuit, la mélatonine se charge de favoriser cette adaptation. Plusieurs organes du corps constituent de véritables récepteurs de la mélatonine, mais le plus important reste le système cardio-vasculaire. Une fois que ce dernier a reçu les informations concernant la mélatonine, la température du corps se met à baisser, ce qui a pour effet d’endormir le patient rapidement. Cette hormone stabilise également le système circadien. Le corps secrète en principe de la mélatonine pendant le sommeil, son taux d’efficacité se situe surtout vers 3 heures du matin. A ce stade, le sujet a du mal à rester éveillé. Pour un nouveau-né, la mélatonine ne commence à se former qu’à partir du troisième mois, au moment où bébé commence véritablement à dormir pendant la nuit. La production de mélatonine atteint un âge mature à partir de 1 an jusqu’à la puberté. Au fur et à mesure que le patient vieillit, la production de mélatonine diminue. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est conseillée uniquement pour les patients de plus de 50 ans.
En France, on retrouve actuellement deux sortes de mélatonine, dont les effets diffèrent selon la situation du patient. La première a un effet rapide et immédiat, c’est-à-dire qu’une fois administré, le patient s’endort tout de suite. La seconde quant à elle a un effet prolongé et se libère progressivement dans le corps en fonction de son administration. Même si la mélatonine à libération prolongée n’est pas prise en charge par l’assurance, ses effets ont été garantis à 100% par les laboratoires pharmaceutiques après plusieurs essais. Cette hormone est utilisée pour favoriser le sommeil et l’endormissement. Contrairement aux somnifères, la mélatonine n’engendre pas des effets de dépendance ou d’accoutumance. Ainsi, il n’y a pas besoin de sevrer le patient. Outre son effet sur le manque de sommeil, la mélatonine est également très efficace pour réguler les effets du décalage horaire, notamment si une personne doit voyager vers l’Est (là où il y a le plus d’intervalles de fuseau horaire). Le voyageur ayant pris de la mélatonine avant son décollage et pendant les 4 jours suivants aura plus de facultés à s’adapter au nouveau fuseau horaire. D’autres vertus sont également accordées à la mélatonine : une faible dose de cette hormone permettrait de soigner une migraine et pourrait même réduire les effets secondaires de la chimiothérapie. Bien évidemment, ces propriétés sont loin de faire l’unanimité.
Enfin, on peut également retrouver cette hormone dans différents produits naturels comme la tomate, le riz ou encore la pomme de terre, mais à quantité faible. C’est ce que l’on appelle la phytomélatonine. Elle peut également être utilisée comme un complément alimentaire, mais ne doit pas être consommée à plus de 2mg par jour. En effet, si une personne ingère 1 mg de mélatonine à titre de complément alimentaire, son corps concentrera dix fois plus de mélatonine pendant la nuit. Cependant, bien qu’elle aide le corps à s’adapter pendant la nuit, la mélatonine est très rapidement éliminée par l’organisme, c’est pour cela que la majorité des médecins préconisent une prise de 2mg par jour au moins une heure avant de se coucher. Ce qu’il y a d’intéressant avec les compléments alimentaires, c’est qu’ils sont moins chers que les somnifères. Ils provoquent pourtant les mêmes effets, sans rendre le patient dépendant. Toutefois, la prise de mélatonine n’est pas conseillée chez le patient souffrant d’insuffisance hépatique ou rénale.