Encore méconnus par de nombreuses personnes, les sarcomes sont pourtant un cancer redoutable. Rares, ils ne concernent environ que 5 000 cas par an en France. Toutefois, cette maladie est particulièrement meurtrière du fait de son développement dans le tissu conjonctif et sa lente évolution. Pour traiter cette affection dégénérative, les patients doivent explorer de nouvelles méthodes.

Les sarcomes : aperçu sur les manifestations de cette forme de cancer

De nombreuses personnes ignorent encore l’existence d’une telle maladie. Mais qu’est ce qu’un sarcome ?

Pourtant, les sarcomes représentent entre 1 à 2% des cancers diagnostiqués en France. Ces cas concernent des hommes, des femmes, mais aussi des enfants.

Par définition, il s’agit d’un groupe de tumeurs qui se développent à partir de cellules issues des tissus conjonctifs l’organisme. Cette pathologie se présente sous d’innombrables formes. Elle peut se former dans les viscères, et plus rarement dans les os. Mais sur les 5 000 cas recensés en France, 9 sur 10 sont des sarcomes des tissus mous. Ceux-ci peuvent atteindre les muscles des membres inférieurs et supérieurs, les nerfs périphériques ainsi que les vaisseaux sanguins.

Ce cancer est asymptomatique et évolue très lentement. Il peut passer inaperçu pendant plusieurs dizaines d’années. Ainsi, lorsqu’il est diagnostiqué, le patient est déjà à une phase assez critique. Seulement, certains signes devraient inciter une personne à consulter rapidement. Si les difficultés à respirer peuvent indiquer la présence de tumeurs au niveau du thorax, l’enflure de l’abdomen révèle la formation du rétropéritoine. Le sarcome de Kaposi ou des vaisseaux sanguins, quant à eux, se manifestent par l’apparition de plaques violacées sur la peau et d’une masse dans la bouche, le nez ou l’anus.

La prise en charge : les traitements les plus courants

Les symptômes des sarcomes varient selon la localisation des tumeurs. Mais généralement, la présence de masses indolores, accompagnées de fièvres ou d’autres signes anormaux, devrait inciter les patients à consulter rapidement un médecin. Bien que les cas soient rares, les traitements de ce cancer ont considérablement évolué au fil des années. Mais la prise en charge multidisciplinaire de la tumeur requiert un plateau technique important, dans un centre de référence. Il faut également un patricien spécialisé pour éviter au maximum les complications.

En général, pour limiter l’évolution des cellules cancéreuses, les soins prévoient une chirurgie. Celle-ci consiste en l’ablation de la zone touchée afin de retirer le sarcome. Néanmoins, malgré l’opération, les risques de récidive sont encore élevés. Ainsi, l’intervention chirurgicale doit être suivie d’une radiothérapie. Enfin, dans les cas d’un ostéosarcome et d’un chondrosarcome qui constituent les tumeurs les plus fréquentes dans les os, ces traitements sont souvent accompagnés d’une chimiothérapie. Mais les méthodes utilisées différeront selon les tissus atteints ainsi que le stade du cancer. Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de respecter minutieusement les consignes de son médecin.