Stockholm, la ville à la campagne


Nous avons passé le long week-end du 8 mai à Stockholm. Au printemps, c’est une ville magnifique, colorée. Les habitants sont très sympathiques et parlent pratiquement tous anglais. Stockholm est située sur plusieurs iles et comprend un nombre impressionnant d’espaces verts. Toutes les photos ont été prises à moins de dix kilomètres du centre de cette ville d’un million d’habitants.

Arizona Dream

Ah ! Que c’était beau ! Que c’est grand, immense et infini ! Les Américains disent « huge ». Il faut prononcer « ioudje » avec quelques frites ou un bol de crème chantilly dans la bouche pour l’accent.

Là-bas, tout est « ioudje » ; les bagnoles, les routes, les hôtels (à Las Vegas c’est même totalement « ioudje »), les paysages, les cookies (25 cm de diamètre avec toutes sortes de noisettes, chocolats, caramels, etc.). Mais c’est surtout un long défilé de paysages sublimes.

4 000 km en moto dans un fauteuil de cinéma à regarder défiler le décor. D’autres photos par ici

Ce qui est dur quand vous fréquentez une autre civilisation, même si vous parlez le dialecte, c’est la foultitude de petites habitudes différentes qui vous compliquent la vie. Premier sandwich : selon les conseils éclairés du Guide du Routard je vais le choisir dans un établissement « qui va bien ». La liste des sandwichs est impressionnante avec divers ingrédients aux noms pas toujours explicites. Bon, je me lance et je choisis « celui-là ». Le monsieur me regarde et me pose une question du genre « watbreddoyououant » avec le plein tube de chantilly dans la bouche et sans ouvrir les lèvres. J’ai fini par comprendre qu’il fallait que je choisisse le pain (il y en avait cinq différents du pain français au pain pita mexicain, en passant par plusieurs pains de mie). Nouvelle question de mon vendeur « yououantnionetuceomato ». Grand silence dans mon cerveau personnel au traducteur défectueux. « I don’t understand » j’avoue. Alors il me montre une vitrine avec des tomates, de la salade, des oignons, etc. à mettre en plus dans mon pain. L’épreuve suivante et balbutiante concernait la sauce « ouatsos ? ». J’ai pris « vinaigrette ». Puis il me demande « Pickles ? ». Alors là, j’ai compris du premier coup et j’ai dit « Yesss » avec un grand sourire.

Bon, ça ne valait pas un jambon beurre !

Marchons

Il y a longtemps que je n’avais pas eu mal aux jambes comme ça. Mais ça valait le coup. J’aime ces balades en moyenne montagne. Il n’y a quasiment personne, les paysages sont magnifiques et verdoyants, la flore et la faune riches et colorées.
Dès que vous voulez aborder les lacs ou les lieux célèbres des Pyrénées, c’est la foule. Durant cette balade de cinq heures avec 600 mètres de dénivelé, nous n’avons pas rencontré plus dix personnes.

Mais ne le dites pas, « ils » viendraient !