Que doit-on comprendre par le terme « malformations cardiaques congénitales » ? En fait, cette appellation englobe les anomalies ou les défauts au niveau du coeur et qu’une personne développe dans le ventre maternel, elle est donc née avec ces malformations.

Les différents types de malformations cardiaques congénitales

Parfois, on les détecte dès le ventre de la mère, quelquefois à la naissance de l’enfant mais dans bien des cas, on ne les décèle que plus tard, notamment dans les pays où les structures hospitalières ne disposent pas des appareils et des équipements appropriés. Les chiffres officiels annoncent que ce sont 8 bébés sur 1000 qui arrivent au monde avec de telles malformations cardiaques. Mais il semble que ces chiffres ne reflètent pas la réalité car il y a des bébés présentant ces malformations mais qui ne sont pas recensés, ce qui sous-entend qu’ils ne reçoivent pas non plus les soins et les traitements nécessaires à leur état. Etant donné que c’est le coeur qui est atteint, les bébés qui ne bénéficient pas de soins ou d’intervention ont peu de chances de s’en sortir et ont une vie non seulement très courte mais de très mauvaise qualité.

Terribles malformations

Les malformations cardiaques congénitales ne sont pas toujours découvertes à la naissance, même dans les pays où les hôpitaux et maternité disposent de matériels dernière génération. L’enfant ne manifeste aucun trouble et aucune anomalie n’est détectée. Parfois, c’est plus tard dans la vie que les anomalies se présentent. Mais il arrive qu’avant même la naissance ou durant la première semaine de vie, les symptômes sont tellement évidents que les examens ne servent qu’à confirmer les faits. Dans ce genre de cas, l’avantage est que l’on peut prendre en charge très vite l’enfant, ce qui augmente ses chances de survie. Les malformations concernent le plus souvent le coeur lui-même et parfois, elles touchent les gros vaisseaux qui viennent du coeur, ou bien l’aorte. D’ailleurs, les cas qui se présentent fréquemment, ce sont les malformations au niveau de la valve pulmonaire ou bien de l’artère pulmonaire, auxquels cas se manifestent des anomalies de la circulation sanguine entre le ventricule droit et les poumons. L’une ou l’autre de ces malformations sont graves et nécessitent des prises en charge dans les meilleurs délais et un suivi serré et régulier. Un diagnostic posé au plus tôt dans la vie d’un bébé augmente ses chances de guérison ou au moins d’une amélioration de sa santé globale.

Zoom sur quelques anomalies

Parmi les anomalies de la valve pulmonaire, on peut parler de l’atrésie pulmonaire. De quoi s’agit-il ? Les trois feuillets de la valve ne peuvent pas s’ouvrir ou n’existent tout simplement pas, ce qui signifie absence de connexion entre le ventricule droit et l’artère pulmonaire. Cela veut dire donc que le sang n’a aucune possibilité de circuler vers les poumons et par conséquent, ce sang ne peut y être oxygéné, autrement dit, le sang est pauvre en oxygène. Et ce sang peu oxygéné passe à travers un orifice dans la paroi cardiaque entre les deux oreillettes, la droite et la gauche. Normalement, après la naissance, cet orifice se ferme, mais en cas d’atrésie pulmonaire, il reste ouvert, et le sang pauvre en oxygène passe dans le ventricule gauche et se répand dans le reste du corps. Que dire de la sténose pulmonaire ? Soit les feuillets de la valve pulmonaire ne s’ouvrent pas entièrement, soit la sortie du ventricule droit située avant ou après la valve pulmonaire est très rétrécie, et dans un cas comme dans l’autre, le coeur est obligé de travailler dur pour pomper le sang vers les poumons.

D’autres anomalies à connaître

Il existe encore d’autres anomalies ou malformations cardiaques congénitales, telle que la transposition des gros vaisseaux. Celle-ci représente à peu près 5 % des malformations cardiaques congénitales. Il faut comprendre ici une mauvaise implantation des artères au niveau des ventricules. Ce qui veut dire que l’aorte sort du ventricule droit et se pose à droite de l’artère pulmonaire, tandis que l’artère pulmonaire, elle, sort du ventricule gauche. Il y a également une malformation cardiaque congénitale appelée Tétralogie de Fallot. Il s’agit du blocage de la valve pulmonaire au niveau de la chambre de chasse du ventricule droit, provoquant nécessairement une pression très élevée dans ce ventricule. Dans le cas d’une Tétralogie de Fallot, il peut arriver une communication interventriculaire, en d’autres termes, entre les deux ventricules existe un orifice au niveau de la paroi musculaire. Puisqu’une pression très forte se trouve au niveau du ventricule droit, le sang pauvre en oxygène est refoulé vers le ventricule gauche, justement à travers cet orifice. Puis, à partir du ventricule gauche, ce sang est éjecté dans le corps. Et la quantité de sang refoulé à travers cet orifice dépend du degré de blocage de la valve pulmonaire.